Lesquelles de ces affirmations vous concernent ?

J’attire votre attention sur le fait que ceci est un prétest, et, en aucun cas, un diagnostic.

Au travail, vous pensez sans cesse à vous envoler vers la réalisation de vos aspirations, pourtant vous ne parvenez pas à cerner ce qui vous plairait de vivre.

Vous êtes fatigué et apathique le soir, même sans avoir subi de pression particulière durant la journée.

Vous ne voyez pas l’intérêt / le sens de votre activité, de vos études.

Vous êtes surqualifié pour le poste occupé et vous vous ennuyez.

Vous vous sentez inutile, vous hésitez à changer d’orientation de vie ou professionnelle, mais vous avez peur.

Rien dans votre travail, vos études, vos activités, ne représente un challenge, si ce n’est vous lever le matin pour y aller.

Vous rêvez du vendredi soir dès le lundi matin.

À la maison, le temps vous paraît long, vous attendez le soir avec impatience pour retrouver un peu de compagnie.

À l’école, les journées vous paraissent interminables, vous ne savez pas à quoi tout cela va vous mener.

Votre activité vous intéresse moins, des tâches que vous preniez plaisir à effectuer vous ennuient.

Vous ne vous sentez plus concerné par ce que vous faites.

Vous êtes distrait par tout et n’importe quoi.

Vous passez votre temps à regarder votre montre.

Vous oubliez tout le temps ce que vous avez à faire.

Vous avez l’impression de stagner depuis longtemps.

Vous manquez de reconnaissance au travail.

Vous appréhendez chaque nouvelle journée.

Vous vous sentez triste sans raison.

Plus rien ne vous met en joie.

Vous dormez mal.

Vous restez prostré des heures, assis sans énergie, comme assommé.

Vous fuiez les contacts, les interactions humaines, familiales.

Vous mangez mal et non équilibré.

Si vous êtes d’accord avec la majorité de ces affirmations, il est grand temps de faire quelque chose.

Et si on parlait bore-out ?

  • Le bore-out est souvent associé à de la fainéantise.
  • Les gens ne sont pas fainéants, ils ont simplement des buts qui ne les inspirent pas !” Tony Robbins
  • Est-ce que le Bore-out touche des personnes qui ont perdu de vue des buts qui les inspirent ? OUI.
  • Est-ce que le bore-out c’est être fainéant ? NON !
  • Il s’agit très précisément d’un épuisement à la fois psychologique, émotionnel et physiologique.
  • Il est le signe d’un déséquilibre existentiel. Il n’arrive pas du jour au lendemain mais prends une place de plus en plus importante au fil du temps.
  • Il est la conséquence d’un manque de sens et d’ennui prolongé.

Trop peu connu

Alors qu’il est très répandu, le bore out est pourtant encore méconnu, voire tabou, honteux. Il isole et nous laisse dans le sentiment d’être incompris.

Pourquoi ?

° Plus particulièrement en période de « crise », et à l’heure où le chômage est élevé, être payé à ne rien faire est très mal vu. On se sent alors coupable de parler de son mal-être au travail alors que l’on a la « chance d’en avoir un, ainsi qu’un toit sur notre tête, et de quoi se nourrir ». Ce sentiment de culpabilité généré par notre société nous éloigne de notre capacité à trouver des solutions et à retrouver des buts qui nous inspirent. Et sans soutien, on finit par éprouver un sentiment de dévalorisation et même de honte.

° Peu de salariés souhaitent attirer l’attention sur leur situation, de peur de perdre cet emploi qui pourtant ne leur convient plus. Ils finissent alors par éprouver un sentiment lassitude, de stress, de baisse d’estime de soi et pour contrer cela tente par différents stratèges de montrer qu’ils travaillent, qu’ils sont occupés.

° Le travailleur attend de son travail qu’il soit une source d’épanouissement, de plaisir, qu’il ait du sens et corresponde à ses valeurs, qu’il soit le siège d’une évolution de carrière et d’un enrichissement personnel. Mais les entreprises ne sont pas là pour faire en sorte que leurs travailleurs ne s’ennuient pas, elles sont là pour produire un service ou une activité. Il y a donc une grande désillusion et encore plus particulièrement pour les jeunes dont c’est le 1er emploi.

Les signes du bore out

Les signes sont nombreux permettant d’être alerté encore faut-il le reconnaître et l’accepter.

La démotivation, l’apathie, le manque d’intérêt, la tristesse, le ras le bol, le manque d’interactions sociales sont des signes indicateurs, et cela peut aller jusqu’à un sentiment d’inutilité, tout expliquant la difficulté d’aller travailler.

Les conséquences notamment sur la santé ne sont pas à prendre à la légère. Les autres conséquences du bore out sont nombreuses : baisse de l’estime de soi, perte de confiance en soi, perte du goût pour les choses de la vie, sentiment d’être inexistant, ennui, somatisation, morosité, … Sans oublier les conséquences pour l’employeur : on parle de charge financière lié à des arrêts maladie fréquents, de faible loyauté à l’entreprise, mauvaise publicité en externe et dénigrement de la structure même en interne.

Que faire en cas de signes de Bore out ?

Le premier réflexe est de s’interroger sur ce que l’on veut faire, clarifier la situation, définir ce qui ne convient pas et trouver la force de le formuler. Par exemple, réfléchir à ce qui vous a plu et qui ne vous plaît plus aujourd’hui.

Autre solution, PARTIR. Il peut donc être intéressant de creuser la question de changer de travail.

Le coaching J’ose la vie que je veux est idéal pour accompagner cette étape.